logo lendix

devient

logo october
En savoir plusContinuer sur october.eu

La fintech française a le vent en poupe – Tech&Co sur BFM Business

Suite à la sortie de 2 rapports fouillés sur les fintech par KPMG et GP Bullhound, Fabrice Odent, associé de KPMG – responsable des services financiers, Guillaume Bonneton, associé chez GP Bullhound et Olivier Goy, fondateur et président de Lendix, étaient les invités de Sébastien Couasnon dans Tech&Co sur BFM Business 📺 pour parler des grandes évolutions du financement en France et en Europe : qu’en est-il de la montée en puissance de la fintech ?

Retrouvez un petit verbatim de cette émission, à découvrir en intégralité ici

Guillaume Bonneton

« Vu de Londres, il y a un vrai dynamisme en France concernant les fintechs »

« On a publié un baromètre sur les licornes* dans la fintech, 39 sont recensées dont 5 en Europe »

Fabrice Odent

« Les fintechs servent d’aiguillon – elles viennent piquer un petit peu les banques qui souhaitent innover mais qui innovent de manière plus contrainte car il y a un fort héritage réglementaire, d’où ces partenariats qui se mettent en place. »

« Les banques qui seront gagnantes seront celles qui innoveront et pour cela elles ont besoin d’être un peu aidées, d’où la pertinence de ces partenariats banques/fintechs »

« 20 à 30% des revenus des banques sont menacés par l’évolution technologique, par les fintechs, par les nouveaux acteurs si elles ne font rien – donc bien sûr elles vont faire des choses. Nous sommes au début de l’histoire. »

Olivier Goy

« Sur le mois de mai, on a prêté 10 millions d’euros, c’est plus que ce qu’on a prêté sur l’année 2015, il y a une réelle traction : 11M€ en 2015, 45M€ en 2016 et 10M€ au mois de mai 2017 »

« Aujourd’hui on prête de manière opérationnelle en France, en Espagne et en Italie. On réalise un vrai crossborder de l’épargne avec maintenant des italiens qui prêtent aux sociétés espagnoles et françaises. »

« On existe depuis 2 ans grâce à deux choses : la réglementation, qui a ouvert une brèche dans le monopole bancaire et la tech, grâce à qui on a pu créer une vraie plateforme de prêt »

« Jusqu’à aujourd’hui, le Compte Nickel est la plus belle fintech »

 

Voir l’émission en intégralité

*startups créées depuis les années 2000 qui valent plus d’un milliard de dollars