logo lendix

devient

logo october
En savoir plusContinuer sur october.eu

Le cabinet de Stoop emprunte 70 000 € sur Lendix

Créé en 2009 et implanté à Clichy, le cabinet de Stoop (CDS) est une société indépendante de courtage en assurances qui conseille une clientèle de particuliers dans la gestion de leur patrimoine. CDS propose ainsi diverses solutions de protection de la clientèle (prévoyance, retraite, protection des enfants : 60% du chiffre d’affaires) et de placements (capitalisation, défiscalisation : 40% du chiffre d’affaires) afin de proposer une offre adaptée aux besoins de chaque client. Le cabinet travaille avec plusieurs partenaires bancaires et compagnies d’assurance qui lui fournissent les contrats, qu’il propose ensuite aux particuliers : Swiss Life, Generali Patrimoine, 123 Venture, Lifeside Patrimoine, etc.

shutterstock_334211612

CDS possède aujourd’hui un portefeuille de 2 000 clients particuliers dont 70% détiennent plusieurs contrats. La société est rémunérée par ses prestataires qui reversent des commissions sur les contrats souscrits. À la signature, CDS reçoit une prime puis, pendant toute la durée de vie du contrat, le cabinet perçoit annuellement des commissions linéaires récurrentes (commissions sur encours). Selon les partenaires, ces commissions linéaires sont de l’ordre de 10 à 20%. À ce jour, CDS dispose d’un encours de plus de 6 millions d’euros et a déjà intégré d’autres portefeuilles depuis 2012.

CDS souhaite racheter le portefeuille du Groupement des Assurances de Particuliers (GAP), un autre courtier en assurance, dont le dirigeant part à la retraite. Ce portefeuille, valorisé 102 000 €, est constitué de 1 000 contrats répartis entre différents prestataires, notamment Swisslife, Covéa, April et Solly Azar. La ventilation de ce portefeuille est la suivante : complémentaires santé seniors (55%), incendies, accidents et risques divers (30%) et assurances autres (15%). La rémunération de ce portefeuille provient également de commissions sur encours qui devraient asseoir davantage la récurrence du chiffre d’affaires de CDS.

La société souhaite emprunter 70 000 € sur 60 mois à 5% pour compléter l’apport de 30 000 € afin de racheter ce portefeuille.

3