october

Les talents d’October : Sarah et Julien R.

Qui sont les talents d’October ?

Nous continuons notre série « Les talents d’October » avec deux nouveaux portraits : Sarah Setti, notre Chief Product Officer, et Julien Ramezani, Head of Client Operations.


 

Sarah Setti

Sarah Setti, Chief Product Officer

Quelle est votre mission chez October ?

Je suis Chief Product Officer chez October. Je suis responsable de la stratégie produit et je supervise toutes les étapes du produit, de la conceptualisation au lancement.

Le CPO est un expert du Product Management. Il est chargé de structurer et de professionnaliser cette pratique. L’idée est de donner plus d’autonomie et de responsabilités aux équipes produit : Product designers, Product managers… afin d’obtenir le meilleur produit digital possible.

Que faisiez-vous avant de rejoindre October ?

J’ai été Head of Product chez Wynd, un éditeur de logiciels où j’ai géré avec un Engineering manager une Tribu (équipe) d’environ 50 personnes dédiées au développement de l’outil de management de la chaîne logistique. Je travaille dans le Product management depuis 7 ans, c’est un sujet qui me passionne.

Qu’est-ce qui vous passionne dans votre poste ?

  • User centricity (orientation utilisateur) : l’empathie envers nos utilisateurs, savoir identifier leurs problèmes, trouver la bonne solution (à laquelle ils n’auraient peut-être pas pensé) et voir le produit utilisé et apprécié. Au sein de l’équipe produit, notre premier objectif est de servir les utilisateurs en créant un produit qu’ils affectionnent réellement (équipe de conception UX/UI) et qui est également utile au business.
  • Responsabiliser mon équipe : De nombreux managers considèrent que leur travail se résume à manager la liste des tâches de leur équipe, ce qui se traduit par des succès tactiques à court terme. Avec cette façon de penser le management produit, nous ne pourrons jamais atteindre le plein potentiel du produit. J’aime l’idée de créer un environnement où mon équipe peut s’approprier les résultats et pas seulement les tâches. D’où la mise en place d’une organisation (synchronisation inter-équipes, processus de priorisation, OKRs produit…) et d’un environnement qui responsabilise les équipes produit et technique. C’est une des choses que j’aime vraiment dans mon poste.
  • Être l’interface entre la technologie, le design et les métiers (business).

Quelles sont les trois qualités nécessaires à votre poste ?

  • La communication
  • L’empathie couplée à l’analyse chiffrée pour pleinement comprendre l’utilisateur
  • Avoir une vision stratégique

Qu’est-ce que la diversité et l’inclusion vous évoque ?

Notre monde continue à se globaliser. Le travail à distance devenant la nouvelle norme, la sensibilisation culturelle ne sera plus seulement un « bon à savoir ». Elle deviendra une nécessité pour toutes les entreprises. Pour moi, diversité et inclusion sont aujourd’hui la norme.

Quel a été votre premier point de contact avec le monde du digital ?

Je crois que le premier contact a été aux côtés de mon grand frère, mon ainé de 11 ans, qui jouait sur son premier ordinateur, je devais avoir 6 ans. J’ai découvert pour la première fois le développement dans mon École d’ingénieurs. J’étais très enthousiaste à l’idée de créer quelque chose à partir de rien.

Comment pensez-vous que la technologie impactera votre secteur dans les prochaines années ?

L’automatisation des processus et les nouvelles expériences utilisateur qui permettent à l’emprunteur de bénéficier d’un flux simplifié, rapide et fluide vont révolutionner la conception du service bancaire et de crédit.

Quel type de travail feriez-vous si vous n’étiez pas dans la Fintech ?

J’aurais été docteur en médecine, c’est l’un des métiers dont je rêvais quand j’étais enfant. Mon empathie aurait pu être un vrai problème dans ce domaine, c’est pour cela j’ai choisi de devenir ingénieur.

Que faites-vous de votre temps libre ?

Habituellement (hors période Covid), étant une fan d’opéra et de musique classique, je passe mon temps à profiter des arts vivants à la Philharmonique, aux théâtres ou à l’opéra. J’aime découvrir de nouveaux artistes dans les galeries d’art et les musées.

Sinon, je suis une danseuse à mes heures perdues (loin d’être professionnelle, c’est plutôt du free style) et une fan de yoga (ashtanga surtout).

J’adore voyager, ou plutôt partir à l’aventure, découvrir de nouvelles cultures et apprécier de nouveaux paysages en contraste total avec la vie urbaine que je vis.

 


Julien Ramezani

 

Julien Ramezani, Head of Client Operations

Quelle est votre mission chez October ?

Je suis le Head of Client Operations chez October.

Dès que les entreprises obtiennent l’approbation de notre comité de crédit pour leur prêt, j’interviens en tant que responsable de l’ensemble du processus d’octroi de crédit : de l’édition de la documentation contractuelle au remboursement des prêts, en passant par la conformité, la lutte contre la fraude et le recouvrement. Je suis soutenu par une équipe formidable de 6 personnes.

Que faisiez-vous avant de rejoindre October ?

Avant de rejoindre October, j’ai été Financing Operations Manager dans une société de leasing, puis Operations Support Manager chez un courtier en leasing. J’ai passé toute ma carrière dans le secteur du crédit-bail, à la fois dans des fonctions de soutien commercial et dans des fonctions de gestion des risques/anti-fraude.

Qu’est-ce qui vous passionne dans votre poste ?

Je suis passionné par le travail en équipe, transmettre ses connaissances sur des sujets spécifiques tels que la fraude et améliorer en continu nos connaissances et processus. Ce qui m’anime avant tout, c’est chercher à simplifier au maximum la vie de nos clients et leur offrir un processus d’échange et de signature le plus rapide possible tout en protégeant les intérêts de nos investisseurs, que ce soient des particuliers ou des institutions.

Quelles sont les trois qualités nécessaires à votre poste ?

La rigueur : la moindre erreur de notre part peut avoir des effets dévastateurs sur la réputation de l’entreprise et sur nos investisseurs. Nous sommes le dernier point de contrôle avant que les fonds ne soient potentiellement envoyés à un fraudeur.

La simplicité : il faut garder à l’esprit que nous avons affaire à des personnes qui, soit n’ont pas le temps parce qu’elles ont une entreprise à gérer, soit ne sont pas habituées aux outils digitaux, et que notre mission est aussi de leur simplifier le processus.

Une ouverture d’esprit : notre processus est toujours perfectible, ce n’est pas parce que quelque chose fonctionne bien pendant plusieurs mois que nous ne devons pas l’optimiser pour qu’il fonctionne mieux.

et surtout, Être heureux d’aller travailler chaque matin !

Qu’est-ce que la diversité et l’inclusion vous évoque ?

Chacun peut apporter quelque chose à l’autre car chacun a une histoire de vie bien définie à mettre sur la table. C’est ainsi que nous pouvons grandir tant sur le plan humain que professionnel.

Quel a été votre premier point de contact avec le monde du digital ?

Lors de ma précédente expérience, nous avons développé une plateforme de financement full web, permettant d’interroger un grand nombre de partenaires financiers et d’obtenir un accord de financement en moins de 10 minutes. Cette plateforme était destinée aux acteurs souhaitant trouver des solutions de financement pour leurs ventes auprès d’un panel de partenaires financiers agréés.

Comment pensez-vous que la technologie impactera votre secteur dans les prochaines années ?

La technologie permettra à des acteurs initialement concurrents de travailler main dans la main mais aussi de simplifier l’accès à des ressources que nous n’avons pas forcément, le tout avec une expérience utilisateur simple et rapide.

Quel type de travail feriez-vous si vous n’étiez pas dans la Fintech ?

Je me serais probablement spécialisé dans la conformité et la lutte contre la fraude au sein d’une institution financière.

Que faites-vous de votre temps libre ?

En dehors d’October, je prends le temps de faire du sport, de rendre visite à ma famille autant que possible, et j’essaie de faire des randonnées chaque fois que c’est possible (j’ai toujours un sac à dos prêt, juste au cas où !).

 

Rendez-vous la semaine prochaine pour deux nouveaux talents à découvrir !